TF1 face aux opérateurs télécoms : le rapport de force tourne au jeu de dupe

LE POINT DE VUE DE L'EXPERT KEDGE - 09.03.2018

TF1 face aux opérateurs télécoms : le rapport de force tourne au jeu de dupe

Alors que le CSA joue les médiateurs entre les chaînes TF1 et Canal + et les presse de résoudre leur conflit rapidement « dans l’intérêt du téléspectateur », le rapport de force qui s’intensifie entre la « 1ère chaîne » et les opérateurs télécoms relève plus d’une opération d’intimidation que d’une déclaration de guerre. Régis Chenavaz, professeur à KEDGE et spécialiste des questions d'économie industrielle, livre son analyse sur les intérêts en jeu et la stratégie des différents acteurs.

« Dans ce conflit, où les places sur le marché sont très disputées, chacun a intérêt à faire peur à l’autre pour qu'il cède, mais le moins longtemps possible, selon Régis Chenavaz. On ne connaît pas l’issue mais ce conflit ne durera pas. Si TF1 semble avoir plus à perdre à court terme, avec une chute de son audience et une fuite de ses annonceurs, sur le long terme les pertes seront collectives, puisque Canal+ pourrait perdre des abonnés. »

Pour Régis Chenavaz le rapport de force se caractérise par les aspects stratégiques suivants :

  • Les réels moyens de pression de chacun pour peser sur la négociation : le mécontentement des abonnés de Canal + privés de l’accès à TF1, et la lassitude des annonceurs du groupe de TF1 face aux audiences en chute. Mais en fait, éditeurs de contenus et diffuseurs sont trop conscients de leurs propres intérêts et ils tentent de gagner du temps.
  • Les grands rendez-vous médiatiques à venir annoncent une issue rapide : entre la nouvelle saison de Koh-Lanta, l’émission star de TF1 qui débute le 16 mars, ou encore la prochaine coupe du monde de football en juin, ni TF1 ni Canal +, pas plus qu’Orange ou Free, ne souhaiteront mécontenter annonceurs ou abonnés.
  • A faire durer la crise trop longtemps, ces opérateurs prennent le risque d’accélérer encore un peu plus la fuite de leurs clients vers de nouveaux acteurs présents via la diffusion en streaming ou sur les plateformes web type YouTube. « Cette bataille pose la question de la valeur que chaque acteur, éditeur et diffuseur, est en droit de revendiquer dans la chaîne de valeur : lequel a le plus besoin de l’autre pour exister ? Lequel doit payer pour pouvoir travailler avec l’autre ? », ajoute Régis Chenavaz.

Régis Chenavaz est à votre disposition pour toute demande d'interview ou reportage sur ce sujet d'actualité.

A propos de Régis Chenavaz

Professeur associé en économie managériale, industrielle et marketing à KEDGE Business School et chercheur à Aix-Marseille School of Economics. Diplômé de l’Ecole Normale Supérieur de Cachan et titulaire d’un doctorat en économie de Telecom ParisTech, sa recherche se situe à l'interface entre le marketing, l'économie et le management des opérations. Régis Chenavaz s'intéresse à la tarification en intégrant des aspects dynamiques et psychologiques (tarification dynamique et tarification comportementale). Il travaille aussi sur des sujets liés comme la publicité, la qualité, le marketing-mix, les pratiques concurrentielles et la distribution.

Documents à télécharger

Pt de vue de l'expert TF1 (PDF - 322,8 kB)
Retour en haut