Voir liste KEDGE Insights

Logistique sous froid et RSE: transformer la contrainte en opportunité

Supply Chain

publication du 06/04/2021

Yann BOUCHERY

Directeur du Centre d'Excellence Supply Chain

Les enjeux RSE liés à la logistique sont à la fois particulièrement stratégiques et complexes.

Par exemple, les entreprises ont souvent des difficultés à mesurer exhaustivement les émissions de gaz à effet de serre liées à la logistique.

Selon une étude réalisée par le Smart Freight Centre, les entreprises ne reportent que 10% des émissions liées au transport de marchandise au niveau mondial.

Formation et collaboration

Les activités logistiques sont en effet fréquemment externalisées et le périmètre de reporting des émissions d’une entreprise exclut souvent tout ou partie de ces émissions indirectes (Scope 3 dans le GHG Protocol) malgré leur importance.

Hors, ce que l’on ne mesure pas n’existe pas et les entreprises peuvent ainsi passer à côté des opportunités les plus intéressantes.

Il est donc primordial de favoriser la montée en compétence et le partage des bonnes pratiques en RSE pour les entreprises de la logistique.

La formation des collaborateurs tout au long de leur parcours professionnel et les collaborations avec des organismes de recherche (notamment via des chaires multipartenaires) sont deux moyens très performants pour y parvenir.

Des outils pour les entreprises

Le téléchargement du livre « Sustainable Supply Chains, a research-based textbook on Operations and Strategy» à plus de 100 000 exemplaires démontre par ailleurs l’intérêt des étudiants et des professionnels en la matière.

Le référentiel national de RSE en logistique est un outil récemment développé qui favorise également la montée en compétence des entreprises.

Celui-ci recense et discute 27 enjeux catégorisés selon leur importance (enjeux fondamentaux, enjeux majeurs, enjeux complémentaires ou spécifiques).

Ces enjeux couvrent des dimensions très diverses de la RSE telles que la gouvernance, les enjeux liés à l’environnement ou les relations avec les clients et consommateurs.

Ayant contribué à l’élaboration de ce référentiel, de sa genèse à son déploiement, j’ai pu être témoin de l’intérêt que portent toutes les entreprises de la logistique à la démarche (quelles que soient leur taille et leur maturité sur les problématiques RSE).

Spécificités et contraintes

Les enjeux RSE sont encore plus complexes pour les entreprises de logistique sous froid.

Par exemple, les fuites de fluide frigorigène génèrent des impacts très significatifs en terme de réchauffement climatique.

En effet, le potentiel de réchauffement climatique du R404A est par exemple 3 800 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone.

Les émissions de fluides frigorigènes représentent en conséquence environ 5% des émissions totales de gaz à effet de serre mondiales, c’est-à-dire davantage que les émissions du transport maritime.

Le travail en entrepôt sous température dirigée et notamment en entrepôt frigorifique nécessite également des précautions particulières pour garantir la santé et la sécurité au travail.

Une maitrise sans faille de la chaîne du froid est essentielle pour la protection de la santé des consommateurs.

Celle-ci peut également contribuer à la réduction du gaspillage, notamment pour les produits alimentaires et pharmaceutiques.

Loin de considérer cette complexité comme pénalisante, les entreprises de logistique sous froid ont su développer une expertise reconnue autour de tous ces enjeux.

La capacité des acteurs du secteur à organiser la distribution et à la conservation des vaccins à ARN messager nécessitant un maintien en températures négatives le démontre quotidiennement.

L'innovation au service de la RSE

Par ailleurs, cet environnement exigeant est propice à l’innovation.

Les exemples en la matière incluent l’électrification des flottes de véhicules et des groupes frigorifiques, le développement de la logistique du froid pour l’e-commerce, le développement d’emballages plus performants et réutilisables, ou le déploiement de capteurs de température connectés.

Ces innovations nécessitent souvent une intense collaboration entre les acteurs de la Supply Chain et celles-ci ouvrent également la voie à de nouvelles pratiques organisationnelles et opérationnelles.

Ces innovations ne doivent donc pas être perçues uniquement par la technique et pour la technique. Les travaux que nous menons au sein du Centre d’Excellence en Supply Chain de KEDGE démontrent en effet qu’un changement de paradigme en matière de RSE est en cours au sein du secteur, en transformant les contraintes en opportunités.

L'article a été publié dans Supply Chain Magazine, n°31, Avril 2021

 

Retour en haut