Etudiant Professionnel Entreprise
Vous souhaitez débuter ou poursuivre vos études à KEDGE ?
Vous avez une activité professionnelle depuis au moins 3 ans et souhaitez vous former ?
Vous représentez une entreprise ou un service RH ?
Voir liste KEDGE Insights

« Etudiants, emparez-vous du monde d’après ! »

Autre

publication du 16 / 03 / 2021

Le modèle capitaliste actuel est à bout de souffle et a rompu l’équilibre entre le mode de production-consommation et l’utilisation de la ressource vivante.

On observe une corrélation entre la croissance des indicateurs socio-économiques (explosion démographique, utilisation de ressources naturelles…) et les signaux d’alerte de la planète (augmentation des températures, des émissions de gaz à effet de serre, perte en biodiversité…).

Pour Xavier Hollandts et Christophe Revelli, les économies libérales et déshumanisées ont engendré un véritable capitalisme anthropophagique qui épuise aussi bien les humains que l’écosystème.

Dans une tribune parue dans le magazine Marianne, ils en analysent les causes et conséquences et appellent la nouvelle génération à se saisir du problème et à mettre en place des solutions. 

Les causes et phénomènes ayant conduit à l’ère l’Anthropocène : un monde financiarisé et non encastré

Un monde financiarisé où les principes de rationalité, de concentration (des richesses et du capital) et d’individualisme reflètent un instinct primaire de contrôle explique pour beaucoup l’entrée dans l’ère de l'Anthropocène (l'ère de l’Humain).

La financiarisation est présente dans toutes les strates de l’économie, dénaturant les habitudes de consommation, délitant les solidarités humaines et épuisant les ressources du système terre.

La biosphère est devenue la variable d'ajustement d'une société désencastrée où le métronome reste l'enjeu de création de richesse financière court terme. 

Le cruel dilemme de l’humanité : l’envie d’accéder à un monde plus humain et respectueux du vivant mais une réticence au changement 

Les consciences grandissent et certaines décisions et1 initiatives évoluent vertueusement, mais certaines habitudes de vie, de rapport de forces, de domination restent ancrées.

Transformer des habitudes et casser des schismes mentaux bien installés est difficile et demande trop de temps.

Il s’agit dès lors de réellement déconstruire au sens propre comme métaphorique le monde qui nous entoure car l’enjeu n’est pas de trouver des aménagements à la marge mais bien de redéfinir les conditions et les termes de l’échange économique, dans une perspective de bien commun collectif et inaliénable. 

Comment avancer vers le bien commun collectif ?

En ce sens, très (trop) peu d’appels à la jeunesse ont été faits, et particulièrement par le monde académique, en lien direct avec cette communauté et donc un des plus à même de pouvoir le faire même s’il demeure un univers où le pluralisme fait défaut.

La jeunesse est pourtant la mieux armée pour faire face à ce défi de changement parce qu’elle incarne la pureté des sentiments et des émotions non transformées ainsi que la fougue de l’engagement.

Les millenials ont évolué dans une succession de crises économiques et sociales leur ayant permis de comprendre les limites du système dominant mais surtout les besoins radicaux de changement.

 Un appel à la jeunesse 

Jeunesses étudiantes, à défaut d’être écoutées, n’ayez donc pas peur de l’inconnu car vous serez les seuls acteurs de vos décisions.
Recentrez-vous sur vos valeurs et faites-vous confiance, prenez le leadership, challengez les entreprises, ne faites surtout pas de compromis sur des questions aussi importantes que la vie terrestre ou sur vos propres valeurs

Christophe Revelli et Xavier Hollandts

Cela imposera de repenser les objectifs stratégiques et leurs corollaires, les indicateurs de performance et d’évaluation, pour enfin intégrer des logiques durables au cœur de la matrice de fonctionnement de l’entreprise.

Cela suppose de favoriser l’entrepreneuriat social, la finance d’impact, la résilience des territoires à travers l’économie circulaire, le monde associatif et non marchand, le socle d’une société du vivre ensemble et du bien commun.

 Les deux professeurs encouragent les jeunes à mettre leurs talents au service d’une cause unanime dont tout le monde est tributaire et sans échappatoire possible.

Un monde résilient ne pourra se faire sans cadre, sans pluralisme, sans engagement, sans collectif.

Comme le rappelle Edgar Morin (La Méthode, 6. Ethique), c'est en chaque individu que se trouve le libre arbitre de définir ses valeurs et finalités. Il est donc temps d’agir tout en se posant les bonnes questions.

Le rôle des enseignants-chercheurs

Il s’agit de matérialiser l’impact de leurs enseignements sur le parcours des étudiants. Les enseignants-chercheurs ont pour mission de les accompagner pour révéler leurs personnalités et de les aider à accomplir leurs utopies en :

  • Leur donnant les clés pour devenir des citoyens libres, capables d’analyse critique et en capacité d’être dans le monde,
  • Leur transmettant le message d’un changement économique et social partant du haut de l’échelle, 
  • Leur montrant que la force du rêve est le premier levier vers la transformation dans un monde d’incertitude radicale, 
  • Les encourageant à être les leaders, managers, penseurs et acteurs qui permettront d’élaborer les solutions pour changer les paradigmes du monde de demain. 

Jeunesses étudiantes, soyez conscientes de votre rôle et de la solennité du moment, sans gravité, mais avec force.
Ne vous laissez pas faire, ni manipuler, incarnez-vous au point d’être les principaux artisans du monde que vous souhaitez vous créer.
Faites-vous tout confiance, devenez votre propre guide, et ne croyez qu’en vos rêves et utopies. Rien n’est figé, tout est à faire 

Christophe Revelli et Xavier Hollandts

Lire l'article

 

Retour en haut