Voir liste KEDGE Insights

Accord global Union européenne - Chine : un nouvel espoir pour la mondialisation ?

Autre

publication du 18/02/2021

Les échanges économiques entre l’Union européenne et la Chine représentent une part importante du commerce international.

Les flux cumulés d'IDE de l'UE vers la Chine ont atteint au cours de ces 20 dernières années plus de 140 milliards d'euros et en retour la Chine a investi 120 milliards d'euros dans les pays membres de l'UE.

Dans ce contexte incertain dû à la crise sanitaire, la signature de l'accord global UE-Chine sur les investissements (AGI) donne un nouvel espoir aux échanges internationaux.

Les entreprises de l’UE investissent principalement en Chine dans des secteurs comme l’automobile, les produits chimiques, les services financiers, l’agriculture, l’alimentation, l’énergie, la santé et les biotechnologies.

Leur présence sur le marché chinois a jusqu’à présent été conditionnée à l’acceptation de contraintes et de restrictions fixées par les autorités chinoises.

En effet, les entreprises qui souhaitent s’implanter en Chine doivent dans certains secteurs créer une joint-venture avec une entreprise locale ou bien transférer une partie de leurs technologies.

L'entrée en vigueur de l'AGI devrait faire tomber cette barrière et offrir de nouvelles possibilités d'investissement aux entreprises européennes en Chine.

Concernant l’industrie manufacturière, la Chine va supprimer de manière significative les restrictions aux investisseurs européens.

Ce point de l’accord est très important pour l’UE, car environ la moitié des IDE de l’UE en Chine se fait dans ce secteur.

L’Allemagne a poussé pour que cet accord permette également une ouverture du marché de l’automobile aux entreprises européennes et notamment aux véhicules électriques.

Le gouvernement chinois a pour ambition que les ventes de véhicules électriques représentent 20 % du total des ventes de véhicules neufs en 2025.

D'ici 2035, les véhicules 100% électriques devront dominer les ventes de véhicules neufs et le secteur public devra avoir complètement converti son parc automobile en électrique.

C’est un marché immense qui représente un défi pour les industries automobiles européennes qui devront à la fois innover pour répondre aux besoins des consommateurs et faire face à la concurrence des marques locales.

L’incertitude qui pèse sur l’économie mondiale est difficile à mesurer en raison de la crise sanitaire.

Toutefois, la demande de la Chine est un moteur important de la reprise des exportations dans la zone euro car le pays a été l’un des premiers pays à sortir de l'épidémie.

Son économie affiche d’ores et déjà des résultats positifs.

Cet accord devrait permettre aux entreprises européennes de bénéficier d’un environnement concurrentiel loyal et équitable sur ce marché. 

L’AGI a une portée qui modifiera la tendance à l'anti-mondialisation et au protectionnisme qui prédominent actuellement sur la scène internationale.

Pour la Chine, la signature de cet accord est sans doute un moyen de contourner les effets secondaires de la guerre commerciale avec États-Unis.

En effet, le changement de président aux États-Unis ne garantit pas une nouvelle page de coopération entre ces deux pays car Washington considère toujours Pékin comme son principal concurrent technologique.

L’amélioration et l’intensification des échanges avec l’UE est donc une alternative non seulement économique mais également stratégique pour la Chine.

Les Etats-Unis et l’Europe sont des concurrents sur le marché chinois.

C’est un marché qui représente environ 1,4 milliard de potentiels consommateurs dont 400 millions sont issus de la classe moyenne.

Ce chiffre est impressionnant si nous le comparons aux 447,7 millions que représente la totalité de la population de l’UE à 27.

Les entreprises et les gouvernements respectifs de l’UE ne peuvent pas ignorer les opportunités offertes par ce marché gigantesque.

C’est pourquoi l’UE a dû bâtir un socle juridique solide avant les États-Unis pour garantir à ses investisseurs un 

Retour en haut