La place de Bordeaux doit-elle commercialiser les vins fins étrangers ?

Wine and Spirits

publication du 21 / 11 / 2017

Diffusé par le journal Sud-Ouest dans la rubrique Le Cercle des idées, KEDGE apporte un nouveau point de vue d’expert sur la position de Bordeaux dans la commercialisation des vins fins étrangers.

Alors que près de 80% des grands vins dans le monde transitent par la place de Bordeaux et que 6 vins sur 10 distribués en restauration premium mondiale viennent également de Bordeaux, Jacques-Olivier Pesme, Directeur de la Wine & Spirit Academy de KEDGE Business School propose son analyse sur l’intérêt de la Place de Bordeaux à commercialiser les vins fins étrangers.

Selon lui, il y a d’abord un intérêt pour la filière locale toute entière, et Bordeaux possédant un temps d’avance sur le marché et une grande crédibilité aurait tout intérêt à conserver ces atouts dans un secteur ou le rôle des influenceurs est particulièrement important.

Jacques-Olivier Pesme est Directeur de la Wine & Spirits Academy de KEDGE, il intervient régulièrement auprès d’entreprises privées et différentes institutions publiques nationales et internationales (CNUCED, OMC, Organisations gouvernementales). Auteur de deux ouvrages, de plusieurs rapports d'expertises et de divers articles sur ces questions, il a été senior consultant auprès des Nations unies (une vingtaine de missions effectuées dans 12 pays en développement) durant 12 ans.

Administrateur de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, administrateur d’entreprises privées, 1er lauréat du prix Oenovation en 2004 pour la meilleure innovation technologique dans le vin, il collabore avec des organisations de la filière vin en France et à l’étranger sur les stratégies de développement.

Expert auprès du gouvernement canadien, Professeur visitant à l’Université de British Columbia, il travaille actuellement auprès du gouvernement fédéral sur les questions de développement de la filière viti-vinicole canadienne.

Retour en haut