Etudiant Professionnel Entreprise
Vous souhaitez débuter ou poursuivre vos études à KEDGE ?
Vous avez une activité professionnelle depuis au moins 3 ans et souhaitez vous former ?
Vous représentez une entreprise ou un service RH ?
Voir liste KEDGE Insights

GameStop : affrontement entre Hedge Funds et boursicoteurs pour un sauvetage qui ne sauve personne…

Autre

publication du 4 / 02 / 2021

Des traders amateurs mènent une fronde à Wall Street contre les investisseurs qui spéculent sur l’effondrement de certains titres.

Ainsi l’enseigne GameStop a vu son cours s’envoler en quelques semaines. Analyse de Laurence Le Poder et Isabelle Ducassy.

Entre mars 2020 et fin janvier 2021, la capitalisation boursière de GameStop a connu une hausse de 3 600 %.

Rien à voir avec des résultats exceptionnels, la hausse du cours est liée à une guerre que se mènent des Hedge Funds et des particuliers boursicoteurs, ou plutôt que mènent des boursicoteurs à des Hedge Funds.

En raison des mauvais résultats du groupe, le titre GameStop a été, selon S&P Global, le titre le plus vendu à découvert en 2020 par les Hedge Funds.

La vente à découvert, ou short selling, consiste à vendre un titre que l’on ne détient pas mais dont on suppose qu’il va baisser, afin de réaliser une plus-value. Par mimétisme, le mécanisme contribue à son tour à la baisse du cours.

GameStop distributeur historique de jeux vidéo souffre de la dématérialisation du marché

GameStop est le premier distributeur de jeux vidéo au monde, présent dans une dizaine de pays avec 5 700 points de vente.

Depuis plusieurs années, GameStop subit les conséquences de la dématérialisation des ventes de jeux.

En septembre 2019, après deux trimestres de pertes, le groupe annonce la fermeture de près de 200 magasins, sur les 5 700 points de vente dans le monde.

Après avoir atteint 62 dollars en 2007, le cours passe alors en dessous de 4 dollars.

Le groupe annonce même fin mars davantage de fermetures (320 au lieu des 200 annoncées).

Pariant sur la baisse du cours, les Hedge Funds s’attaquent à GameStop.

La contre-attaque des boursicoteurs…

Fin 2020, des particuliers se coordonnent pour acheter des actions GameStop via le réseau social Reddit, un site web communautaire, hébergeant plusieurs forums, dont Wallstreetbets.

Leurs objectifs ? Parier sur la hausse des cours pour s’enrichir et contrer les Hedge Funds. Ils ont ainsi acheté par milliers des titres GameStop, entraînant une hausse spectaculaire du cours.

Entre mars et décembre 2020, le cours a été multiplié par 5, pour atteindre 469 dollars le 28 janvier, avant de redescendre à 225 dollars le 2 février.

C’est une véritable catastrophe financière pour les Hedge Funds, qui, s’ils veulent solder leurs positions, doivent non seulement trouver des actions à acheter, mais en plus les racheter au prix fort, subissant ainsi de lourdes pertes financières.

Le Hedge Fund Melvin Capital a notamment été renfloué en urgence de 2,75 milliards de dollars par deux poids lourds de Wall Street (Citadel et Point72).

Les explications à la contre-attaque…

L’enseigne a une valeur sentimentale pour des millions d’Américains qui y ont acheté leurs premiers jeux vidéo, ce qui a sans doute joué dans la tentative de « sauver » cette entreprise.  

La crise liée à la Covid a imposé à des millions de gens de rester chez eux, et les chèques envoyés par l’Etat à certains ménages américains reçus au printemps 2020 et en janvier 2021 ont favorisé les investissements boursiers, dans un pays où traditionnellement les particuliers sont actifs, peu averses au risque, avec une épargne davantage constituée d’actions.

Ces traders amateurs échangent des informations et des analyses financières sur des forums comme Wallstreetbets.

Les applications développées par des courtiers en ligne, dont Robinhood au cœur de l’affaire GameStop, et le « zéro » commission depuis 2019 ont simplifié et démocratisé l’accès aux marchés financiers, facilitant ainsi l’achat et la vente d’actions, d’options ou d’autres produits dérivés.

Beaucoup de participants à ces forums sont millenials, certains ont vu leurs parents perdre leur emploi, leur maison.

Laurence Le Poder-Isabelle Ducassy

Ils nourrissent un vif ressentiment à l’égard de Wall Street et en particulier des Hedge Funds qu’ils tiennent pour responsables de la faillite de 2008.

L’objectif d’enrichissement personnel semble passer après celui de prendre les investisseurs institutionnels à leur propre jeu.

Faire chuter un Hedge Fund, c’est prendre une revanche sur les marchés financiers, mais aussi sur la génération des « boomers » qui a connu l’âge d’or des Etats Unis.

Ce qui s’est passé ces derniers jours à Wall Street est l’expression d’une nouvelle génération, qui remet en question le capitalisme financier, qui permet de gagner plus d’argent en misant sur des entreprises « en sursis » qu’en investissant dans le capital des sociétés.

Cette génération est plus intéressée par la politique, notamment avec l’élection de Joe Biden.

La forte hausse du cours, +7 700 % en 6 mois, +1 500 % depuis un mois, et +200 % la semaine dernière peut être perçue comme l’expression d’une rancœur populaire, une « émeute financière, la version boursière de l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021" .

Cette affaire soulève beaucoup de questionnements.

Questions d’éthique financière…

Si les petits actionnaires ont eu dans un premier temps le sentiment de l’emporter contre Wall Street, la suspension des opérations le 28 janvier sur GameStop par Robinhood a provoqué la colère des particuliers investisseurs.

Nombreux sont ceux, même parmi les politiques, qui pointent la différence de traitement entre les particuliers et les Hedge Funds. Une class action a même été lancée par un cabinet new-yorkais.

Les liens sont étroits entre les courtiers, les Hedge Funds, les investisseurs institutionnels.

Robinhood a justifié la suspension des transactions par la forte volatilité du titre, mais les rémunérations perçues sur le trading et les pressions exercées par ses gros clients (comme Citadel) ont certainement joué un rôle. 

La question de l’éthique financière est d’autant plus prégnante que les Hedge Funds, domiciliés dans des paradis off-shore, sont peu ou pas réglementés et bénéficient d’une liberté d’investissement absolue, comme la vente à découvert, les produits dérivés et un levier illimité.

Du côté des particuliers se pose la question de la collusion : peut-on considérer que les informations échangées sur les forums s’apparentent à une manipulation des cours ?

Laurence Le Poder-Isabelle Ducassy

Il s’agirait d’un délit grave, passible de lourdes sanctions. Les Hedge Funds se coordonnent certes, mais en dehors des réseaux sociaux…

…Questions de la formation des prix sur les marchés.

Il y a deux méthodes pour estimer le prix des titres financiers : la méthode dite des fondamentaux de l’entreprise (éléments stratégiques, financiers, sectoriels) et la confrontation offre/demande.

Dans le cas de GameStop, le cours n’a augmenté que parce que des particuliers ont fait monter le prix en voulant tous acheter en même temps ces actions, actions estimées à la baisse par les Hedge Funds à la lueur d’une analyse des fondamentaux de l’entreprise.

Un tel écart de valorisation de l’action GameStop traduit une dichotomie entre la réalité économique et la finance.

Est-ce que GameStop sera sauvé ?

Sa capitalisation boursière est passée de millions à milliards, mais n’oublions pas que les ventes de titres sur le marché secondaire n’ont pas d’influence sur le cash de l’entreprise.

La valorisation de GameStop est déconnectée de son poids dans l’économie réelle.

Si certaines sociétés cotées ont des valeurs boursières difficiles à expliquer (Tesla…), pour GameStop, il y a peu de doutes, avec la dématérialisation de la vente de jeux vidéo et un chiffre d’affaires en forte baisse, on ne voit pas comment la situation du groupe pourrait se redresser dans l’immédiat malgré le soutien des traders amateurs.

Cet article est à retrouver sur Revue Politique

Retour en haut