Voir liste KEDGE Insights

Les investissements chinois face à la COVID-19 : quel est l'avenir des entreprises chinoises dans l’économie internationale ?

Autre

publication du 19/01/2021

La Chine est devenue au cours de ces 10 dernières années un acteur important dans les investissements directs étrangers (IDE).

Selon le Ministère du commerce de la Chine, plus de 27 500 entreprises chinoises avaient investi dans 188 pays du monde à la fin de l’année 2019 et 44 000 entreprises ont été créées à l’étranger. 

L'Asie, l'Europe et l'Amérique latine sont les destinations principales de ces investissements. 

La pandémie de coronavirus a provoqué un véritable coup de frein aux échanges commerciaux au niveau mondial et a réduit les flux d'IDE. 

Face à cette crise sanitaire mondiale sans précédent, quel est l'avenir des entreprises chinoises dans l’économie internationale ?

Les principales motivations des IDE pour les entreprises chinoises : la recherche de ressources supplémentaires et de nouveaux marchés

Le nombre d’IDE augmente considérablement après la seconde guerre mondiale, ainsi que les analyses visant à mieux les comprendre.

Ces analysent ont révélé que leurs principales motivations sont la recherche de ressources, de marchés et d’efficience.

Les entreprises occidentales bénéficient souvent de monopoles ou d’avantages spécifiques qui leur permettent de maintenir leur compétitivité sur le marché international.

Les entreprises des pays émergents comme la Chine ne possèdent pas forcément ces types d’avantages lorsqu’elles souhaitent se développer à l’international.

Elles utilisent l’expansion internationale comme un moyen d’accéder à des ressources qui seraient inaccessibles autrement.

L’amélioration des compétences est leur objectif sur le long terme et la fusion-acquisition est le mode d’entrée privilégié par les entreprises chinoises, cela leur permet :

  • d’accéder rapidement au marché local, 
  • d’élargir leurs parts de marché à l’international, 
  • d’utiliser une multitude de ressources existantes dans l’entreprise cible telles que leurs réseaux de ventes, brevets, technologies ou encore les marques.

La recherche de marchés est également une motivation importante pour les entreprises chinoises. Pour mieux développer les marchés et répondre aux besoins des consommateurs, les entreprises chinoises ont adopté une stratégie de proximité, en privilégiant les managers locaux dans des pays qui ont une culture différente.

En 2019, les entreprises chinoises comptaient 60,5% d'employés non chinois à l’international. Cette stratégie d’adaptation fait partie de leur success-story.

Des difficultés et des défis à relever face à la crise sanitaire mondiale

Le modèle de l’économie chinoise et son secteur manufacturier sont fortement basés sur l’exportation.

La pandémie a bousculé les chaînes de production mondiales et a diminué les échanges de marchandises et les déplacements des personnes.

Affectés par la lenteur de la reprise économique mondiale, les IDE fluctuent beaucoup et les incertitudes se sont accrues.

Il est d’autant plus difficile pour les entreprises chinoises d’opérer dans une situation instable qui a eu des impacts négatifs sur les économies des pays d'accueil.

Les conditions actuelles et l’environnement économique mondial ne favorisent pas l’internationalisation des jeunes entreprises chinoises. 

Aux États-Unis, les IDE chinois ont chuté très bas en raison de tensions commerciales. La pandémie pèse également sur les flux d'investissement entre les deux plus grandes économies du monde.

Les politiques gouvernementales ont eu un fort impact sur les IDE chinois. La plupart des entreprises chinoises ont reconsidéré leurs intentions d'investissement particulièrement aux États-Unis.

L’obstacle politique est devenu un élément récurrent et très présent sur leur chemin d’internationalisation dans certains pays d’accueil. 

Le futur pour les entreprises chinoises : comment faire face à l’instabilité et conquérir de nouveaux marchés ?

Si la Covid-19 a des impacts importants sur l’ensemble de l’économie mondiale, elle ne tuera cependant pas la globalisation pour 3 raisons :

  • les échanges entre les pays et les populations, même ralentis en ce moment, continueront d’une façon ou d’une autre,
  • la connectivité numérique accrue facilite la circulation des idées entre les entreprises,
  • les IDE auront une nouvelle image. 

Pour les entreprises chinoises, l’amélioration de leurs compétences technologiques et les expériences internationales sont des atouts majeurs pour répondre aux défis posés lors de leur développement et faire face à l’instabilité des marchés.

En parallèle, mieux comprendre les réglementations et législations des pays d’accueil pourra également les aider à avancer leurs opérations internationales. 

A l’heure actuelle, les entreprises chinoises sont et resteront un acteur de poids dans l’économie mondiale.

Cela leur demandera de prendre en considération la responsabilité sociétale des entreprises.

Cette approche RSE peut permettre aux entreprises chinoises d’avoir une meilleure gouvernance, une meilleure image et un développement vers le plus long terme.

Avec la crise sanitaire, les marchés exigent plus de communication et de transparence de la part des entreprises.

Pour les entreprises chinoises, établir de la confiance pour conquérir de nouveaux marchés internationaux passera nécessairement par davantage de communication et de transparence.

 

Retour en haut