Comment trouver un métier qui a du sens ?

Publié le 3 juillet 2023 • Mis à jour le 14 novembre 2023

  • Emploi

  • Orientation

Aujourd’hui, de nombreux actifs ne veulent plus travailler seulement pour gagner un salaire, mais veulent exercer un métier qui a du sens. Mais qu’est-ce que c’est exactement un métier qui fait sens ? Vers quels métiers se tourner pour ne jamais tomber dans le brown-out ? Voici quelques pistes à intégrer très vite dans votre projet professionnel !

C’est quoi un métier qui a du sens ?
 

Depuis quelques années, la quête de sens au travail fait partie des prérogatives des futurs diplômés et de nombreuses personnes déjà engagées dans la vie active. D’après une enquête de l’Unédic, si une majorité de Français (58 %) choisissent encore un travail avant tout pour subvenir à leurs besoins vitaux, on constate une nette progression en faveur d’un emploi où ils se sentent épanouis (51 %).

Pour beaucoup, un métier qui a du sens, c’est un emploi où ils se sentent utiles à la société et où leur mérite et leur travail sont reconnus. Cela peut être un métier à impact où ils peuvent agir pour l’environnement et/ou pour le bien de la société. Pour d’autres, c’est plutôt un métier plus manuel comme boulanger ou ébéniste.

Mais l’épanouissement professionnel est une notion très subjective, car ce qui peut faire sens pour vous peut être déprimant pour un autre. Il n’y a pas de réponse précise. Finalement, un travail qui fait sens, c’est celui qui répond à vos besoins et à vos valeurs. Celui où vous ne risquez pas un brown-out.

Bon à savoir : Il existe trois formes d’épuisement professionnel :

  • Le burn-out, qui résulte d’une surcharge de travail.     
  • Le bore-out, qui est provoqué par l’ennui et une sous-charge de travail.     
  • Le brown-out, qui est induit par la perte de sens et le manque de motivation au niveau professionnel.

5 étapes pour trouver un métier qui a du sens pour vous
 

Étudiant ou salarié en reconversion professionnelle, voici quelques pistes qui vous permettront de vous orienter vers le métier qui correspond à vos envies professionnelles.

1 – Apprendre à vous connaître

Pour trouver un travail qui vous motive, vous devez avant tout apprendre à vous connaître. Quelles sont vos motivations, vos valeurs, quels sont vos besoins ? Pour cela, testez la méthode ikigaï. Ce mot japonais signifie « joie de vivre » en français. Cette méthode, très utilisée par les coachs professionnels, consiste à créer un diagramme qui intègre quatre notions :

  • Ce que vous aimez faire dans la vie.
         
  • Ce que vous savez faire, c’est-à-dire vos soft skills et vos talents.
         
  • Ce pour quoi vous êtes payé, c’est-à-dire identifier vos compétences professionnelles.
         
  • Ce dont le monde a besoin à vos yeux : les causes qui vous animent, les situations qui vous touchent, etc.

Votre ikigaï correspond à l’endroit où les cercles se croisent. L’exercice vous aide à trouver ce qui vous motive dans la vie et les activités qui sont épanouissantes.
Vous devez aussi vous interroger sur vos valeurs et vos priorités. Qu’est-ce qui est le plus important pour vous : Gagner de l’argent ? Être utile ? Avoir un statut social ? etc. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses ici. Soyez le plus honnête possible avec vous-même !

2 – Identifier les métiers à impact

Parmi les domaines d’activité qui attirent de plus en plus de jeunes diplômés en quête de sens, le secteur de la transition écologique et solidaire a le vent en poupe. L’ADEME estime qu’un million d’emplois seront créés dans ce secteur d’ici à 2050.

Les entreprises elles-mêmes ont pris conscience de l’importance d’une politique RSE. D’ailleurs, aujourd’hui l’impact environnemental et sociétal d’une entreprise est un critère majeur pour bon nombre de jeunes talents.

Des métiers comme responsable RSE ou consultant développement durable sont par exemple déjà très recherchés. Tous les secteurs sont touchés : tourisme, immobilier, finance, mobilité, etc. Vous pourrez parfaitement trouver votre bonheur dans une entreprise à impact. Quel que soit le job !

3 – Faire le bilan de vos compétences

Vous devez déjà commencer à cerner quel métier ou quel secteur d’activité pourrait correspondre à vos valeurs. Mais pour changer de voie, il est essentiel de faire le point sur vos qualités et vos compétences. N’hésitez pas à faire un bilan de compétences. Si vous avez acquis suffisamment de droits CPF (compte personnel de formation), celui-ci peut financer entièrement ce dispositif. Vous pouvez aussi faire appel à un coach professionnel. Vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé qui vous permettra de définir un projet professionnel adapté, qui correspond à la fois à vos aptitudes et à vos motivations.

4 – Tester le métier qui vous attire

Ne vous lancez pas à la découverte d’un nouveau métier sans un minimum d’informations :

  • Allez à la rencontre de ceux qui ont trouvé du sens dans leur travail.
         
  • Échangez avec des entrepreneurs qui ont créé leur propre     entreprise pour exercer leur passion.
         
  • Faites des demandes de stage dans les entreprises à impact.
         
  • Renseignez-vous sur le marché de l’emploi et les débouchés de votre futur métier.
         
  • Parcourez les fiches métiers des différentes professions.
         
  • Enfin, n’hésitez pas à tester plusieurs métiers, à participer à des conférences ou à des ateliers.

5 – Trouver la formation adéquate

Maintenant que vous avez identifié le secteur professionnel qui vous permettra de vous épanouir, il ne vous reste plus qu’à concrétiser votre avenir professionnel avec une formation.

Voici quelques exemples de métiers à impact et les formations qui vous permettront de les exercer :

  • Chargé de projet ou responsable RSE : formation niveau bac +5 en école de commerce, avec une spécialisation RSE comme le Master of Science in Sustainable Finance de KEDGE Business School.
         
  • Responsable achats et sourcing responsable : diplôme bac +5 avec un double cursus en achats et en RSE.
         
  • Conseiller en mobilité durable : master en école d’ingénieurs ou de commerce.
         
  • Chef de projet dans les énergies renouvelables (EnR) : ingénieur bac +5 avec une expérience professionnelle dans les EnR.

Pour conclure, si vous êtes déjà en activité, n’ayez pas peur de changer de métier. Il existe des aides financières et des dispositifs comme le projet de transition professionnelle, le CPF ou encore la promotion par alternance Pro-A, qui vous permettront de faire une reconversion sans impacter votre budget.